Langue :
Se connecter  |  

Le financement locatif en plein essor en 2016

Le financement locatif en plein essor en 2016

L'affacturage et le financement locatif d'équipement aux entreprises ont fortement progressé en 2016, cette dernière activité ayant enregistré une production de crédits en hausse de 11 % à 25,6 milliards d'euros, selon des données publiées mercredi par l'Association des sociétés financières (ASF).

Le financement locatif des investissements d'équipement des entreprises ou "leasing", qui comprend le crédit-bail mobilier, la location financière et la location longue durée, a ainsi enregistré un volume d'activité légèrement supérieur à celui de 2008, année record d'avant-crise, a indiqué l'ASF.

Le dispositif de suramortissement de la loi Macron "a permis d'alimenter ce marché", a précisé, lors d'une conférence de presse, François Camilleri, président de la commission crédit-bail de l'ASF, rappelant qu'un matériel sur quatre en entreprise était financé en "leasing".

Même envolée du financement locatif auprès des particuliers qui lui a explosé de 31,2 % à 6,2 milliards d'euros, essentiellement tiré par la location avec option d'achat d'automobiles.

La part de ce type de financement dans le total des financements d'automobiles neuves est passé de 35 % en 2009 à 67 % en 2016, précise l'ASF dans son rapport annuel.

"C'est une tendance forte de consommation, qui tend plus vers l'usage que l'achat", a souligné Alain Van Groenendael, vice-président du conseil de l'ASF.

L'affacturage, service financier fondé sur l'achat de créances, a lui connu une année record en progression de 8 % avec 268,2 milliards d'euros de créances achetées, dont 78,7 milliards d'euros à l'international.

Concrètement, l'affacturage consiste à gérer les comptes clients d'entreprises en acquérant leurs créances, permettant à ces dernières de combler leurs besoins en trésorerie. L'établissement financier dit affactureur (ou "factor") assure le recouvrement des créances pour son propre compte et supporte les pertes éventuelles sur les débiteurs insolvables.

En près de dix ans, ce marché a plus que doublé en France. En 2007, le montant de créances achetées s'élevait alors à 113 milliards d'euros, selon une étude du secrétariat général de la commission bancaire publiée en 2008.

Selon les données de l'ASF, la France occupe le troisième rang sur le marché mondial de l'affacturage, dont près des deux tiers se situe en Europe. En 2015, elle était deuxième au niveau européen, après le Royaume-Uni.

L'ASF a enfin fait part de son inquiétude concernanr les travaux en cours du Comité de Bâle, chargé d'établir les règles bancaires internationales.

Elles "n'ont pas été nécessairement conçues pour nos activités", s'est alarmé Didier Hauguel, président de l'association, estimant qu'elles pouvaient menacer à terme la rentabilité de leurs établissements membres.

Source: Le Point