Langue :
Se connecter  |  

Le leasing informatique gagne du terrain

Le leasing informatique gagne du terrain

Tendance Gestion des parcs informatiques, traçabilité du matériel, anticipation de l’obsolescence des équipements, recyclage des outils défectueux et étalement des dépenses : la location financière des installations IT séduit les DSI.

Porté notamment par les projets de transformation numérique, le marché des services et produits informatiques ne cesse de progresser. Il a représenté plus de 50 milliards d’euros en 2015 (source : Syntec Numérique). Autant dire que l’IT représente un poste d’investissement de taille pour les entreprises. Afin d’optimiser ces coûts, ou plutôt d’étaler ce type de dépenses, des organisations ont recours à la location financière, autrement dit au « leasing ».

« Cette démarche n’est pas nouvelle, elle existe depuis une trentaine d’années en France, mais elle prend de l’ampleur », observe Sébastien Luyat, président d’Axialease, société spécialisée dans les solutions de financement informatique qui a la particularité d’accompagner aussi bien des très grands comptes que des TPE et des start-up, cela dans tous les secteurs.

Le « leasing », une solution anti-obsolescence

La première des motivations pour avoir recours au leasing reste sans conteste le lissage des investissements. « La location financière représente un coût car il faut compter un taux d’environ 3 % par mois, mais cela nous permet d’étaler nos dépenses dans le temps, jusqu’à 5 ans », indique Jean-Christophe Marie, directeur des services informatiques de Kinnarps, leader européen du mobilier de bureau.

L’autre intérêt de la location financière est opérationnel. A l’heure où les nouvelles technologies sont en constante évolution, nombre de matériels se révèlent rapidement « dépassés ». « En renouvelant ma flotte d’ordinateurs portables tous les trois ans, j’ai des équipes qui sont toujours satisfaites de leur matériel », constate Jean-Christophe Marie.

« Au-delà de la possible obsolescence de certains équipements, il faut également prendre en compte la fluctuation du business : le leasing permet d’adapter son parc informatique à son volume d’activité », indique Sébastien Luyat. Sont également plébiscités l’externalisation de la charge administrative (c’est la société de leasing qui passe les commandes, gère les factures, le contrat de location...), le suivi de la maintenance ainsi que l’aspect recyclage des vieux matériels . « Le partenaire de recyclage de notre entreprise de location financière est à 10 kilomètres de chez nous. Notre matériel est récupéré, recyclé ou revendu d’occasion, ce qui est en adéquation avec notre politique Développement Durable », souligne Jean-Christophe Marie.

Le « leasing » informatique pour plus de souplesse

Outre les traditionnels ordinateurs portables, postes de travail, serveurs, imprimantes, outils de visio-conférence, la location financière reflètent les nouveaux besoins des entreprises. À l’heure actuelle, la tendance est aux équipements relatif au cloud computing . « Nous constatons une croissance continue de la demande d’externalisation sur ce type de machines », note Sébastien Luyat. Au sein des organisations, le sujet de la location financière est porté de façon transverse. « Le directeur de systèmes d’information (DSI) fait part de ses besoins et le directeur administratif et financier (DAF) valide les options. Dans les PME, il est fréquent que les demandes émanent des dirigeants eux-mêmes », remarque Sébastien Luyat. Chez Kinnarps, c’est le DAF qui a impulsé le mouvement. « Cette option offre beaucoup de souplesse car nous, DSI, ne pouvons généralement pas anticiper un an à l’avance l’enveloppe financière dont nous aurons besoin », conclut Jean-Christophe Marie.

Source: LesEchos.fr